envousremerciant.com EnVousRemerciant.com
Mieux se nourrir pour une meilleure santé !

Mieux se nourrir pour une meilleure santé !

Découvrez nos autres produits fermiers : Miels, Confitures, Bières, Abats

Je commande
mon colis de viande
Click&Collect

Pensez à l'achat groupé !

Contact

Facebook

La Ferme

Panier

Mieux se nourrir pour une meilleure santé !

À Crion, à 10 min de Lunéville et 40 min de Nancy

Je commande
mon colis de viande

Une agriculture raisonnée pour la protection de l’environnement et une meilleure alimentation

L’agriculture que nous pratiquons dans notre ferme du Lunévillois reste conventionnelle.
Cependant, nous nous inspirons de méthodes d’autres agricultures pour arriver à une agriculture raisonnée qui prend soin de la nature et limite l’utilisation d’intrants chimiques.

Agriculture raisonnée

L’exemple de la culture colza et de la féverolle

Pour l’implantation du colza en été par exemple, nous le semons avec une plante compagne, la féverolle, mais pour au final ne récolter que du colza.

Le colza tout au long de sa vie subit des agressions d’insectes qui fragilisent la plante et à terme se transforment en maladie. Le rôle de la féverolle de printemps (il existe la féverolle d’hiver) est d’attirer les insectes sur elle pour que le colza puisse continuer sa croissance plus tranquillement. On évite ou on économise ainsi des insecticides.

La féverolle a un autre rôle. C’est une légumineuse, c’est à dire qu’elle va absorber l’azote de l’air, et le restituer dans le sol. L’azote est l’engrais n°1 dont les plantes ont besoin pour leur croissance (hormis les légumineuses elles-mêmes puisqu’elles le fabriquent). Le colza va profiter de cet azote, cet engrais. Ce sera de l’engrais en moins à apporter par l’agriculteur. En période de pénurie d’azote (ex : la guerre en Ukraine), cette méthode donne de l’intérêt.

Cependant cette méthode n’est pas toujours gage de réussite car on travaille avec du vivant et il y a souvent des aléas.

Pour créer de l’azote, la féverolle développe des nodosités à ses racines et a besoin d’une symbiose avec certaines bactéries du sol.

En hiver, dans le champ de colza, la féverolle gèlera et le colza poursuivra seul sa vie dans le champs pour être récolté en juillet.

Champs de colza
Champ de maïs

L’exemple de la culture du maïs et du papillon trichogramme

Le maïs est une plante également qui a ses agresseurs, la pyrale, papillon qui pond ses œufs dans la tige du maïs. Quand le maïs est piqué durant sa croissance, il va se casser en deux à cause des larves qui s’y développent et c’est la fin pour le maïs qui va cesser de vivre.

Contre la pyrale nous privilégions le trichogramme aux insecticides.

Les trichogrammes sont des papillons que l’on apporte dans le champs de maïs à intervalles réguliers. Ces trichogrammes vont pondre leurs œufs dans les larves de la pyrale. Et le maïs est débarrassé de son parasite.
Mais là également, cette méthode n’est pas toujours gage de réussite. Le vivant n’est pas maîtrisable à 100%…

L’exemple du sans-labour pour la protection des sols

Nous pratiquons également un peu le semi-direct.

On sème directement dans les champs sans que celui-ci ai été labouré. C’est l’agriculture de conservation des sols. L’objectif est de ne pas déranger le réseau trophique du sol. En effet, bactéries, champignons, nématodes, protozoaires… vivent en harmonie dans le sol autour des racines.

Il est dit que dans le sol, il y a plus d’êtres vivants que sur terre.

C’est une agriculture difficile à mener en soi car l’agriculteur a toujours été habitué à cultiver son sol, et ce n’est pas si facile de changer ses habitudes.

Il y a une incitation écologique également à aller dans ce système car le sol peut-être un important piège à carbone. De nombreuses études scientifiques laissent à penser que travailler le sol libère du carbone et contribue au réchauffement climatique.

L’un de ces scientifiques nous a particulièrement influencé : Lucien Seguy (malheureusement décédé en avril 2020).

Lucien Seguy, ingénieur et docteur en agronomie, originaire d’une famille paysanne du sud-ouest a parcouru tous les sols dans le monde. Il a travailler au CIRAD. C’était une référence mondiale qui a aussi été sollicité par les grosses sociétés internationales agricoles quand les sols ne fonctionnaient plus, au Brésil notamment. Il parlait du « génie végétal »

$

Pour une bibliographie et une introduction à ses travaux, lire ce document

Protection des sols
D’autres agronomes ont travaillé avec lui, poursuivi ses travaux ou s’en inspirent.
$

Voir la vidéo d’un exposé sur l’Agriculture de conservation des sols au sein de l’Assemblée Nationale en 2019

Champ de féverolles

Les couverts végétaux, les intercultures

Semés après la moisson, c’est un mélange de plantes (légumineuses, céréales, graminées, crucifères…) qui servira à piéger les nitrates pour que ceux-ci ne se retrouvent dans les cours d’eau.

Les couverts végétaux ne sont pas forcément destinés à être récolté. Ils restent implantés quelques mois avant qu’une culture destinée à être récolté prennent la place. Les couverts végétaux en se dégradant fourniront de l’engrais à la culture qui leurs succède. Tout ceci améliore la vie du sol.

0
    0
    Mon Panier
    Votre panier est videRetourner à la Boutique